Climat

« 2020 a été une année importante, la maison s’est donnée des objectifs ambitieux de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre de 50% d’ici 2030 »

Axel Dumas, gérant d’Hermès

Ambition

La politique du groupe se décline en plusieurs axes : mesurer les impacts de ses activités sur l’ensemble des scopes 1, 2 et 3, engager en priorité des actions de réduction des émissions sur les différentes catégories où le groupe peut agir, et mettre en place ensuite des actions de compensation.

Elle est déployée dans un contexte où le groupe est un des plus faibles émetteurs carbones du CAC 40, grâce à son modèle artisanal et ses productions françaises.

Organisation

La question du changement climatique est intégrée de manière centrale dans la gouvernance et le dialogue stratégique de haut-niveau au sein d’Hermès. Elle est supervisée par le comité développement durable, auquel participent deux membres du comité exécutif, le directeur général adjoint en charge des affaires industrielles, ainsi que de plusieurs directeurs généraux métiers.

Le sujet est pris en charge opérationnellement par les métiers, et transversalement par la direction du développement immobilier ainsi que par la direction commerciale. Chacun travaille sur des objectifs et des réalisations dont il rend compte chaque année.

Objectifs

Hermès s’est engagée sur la définition d’objectifs de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre fondés sur la science à travers l’initiative « science-based targets » (SBTi), ainsi qu’à mettre en place des actions afin d’atteindre zéro émission nette en 2050 :

  • - 50 % en valeur absolue pour les émissions des scopes 1 et 2 sur la période de 2018 à 2030 ;
  • - 50 % en valeur relative pour les émissions de scope 3 sur la période de 2018 à 2030 ;
  • 100 % d’énergies renouvelables au sein des opérations directes d’ici 2030 ;
  • - 50 % de l’empreinte carbone/m2 de surfaces immobilières construites ou rénovées d’ici à 2030 ;
  • Convergence vers 25 % des matières premières clés à moindre impact sur le climat d’ici 2025 ;
  • Défossilisation des sites industriels : Hermès a décidé de ne plus retenir toute énergie fossile comme source d’énergie pour tout nouvel investissement industriel, sauf impossibilité technique démontrée.

 

DJI © Shaah Shahidh

Par ailleurs, Hermès marque son engagement et le renforcement de sa transparence en présentant ses actions selon le cadre recommandé par la TCFD (Taskforce on Climate-related Financial Disclosures) et en répondant aux questionnaires CDP climat ; ainsi qu’en participant aux initiatives de place : Fashion Pact et l’UNFCCC (Fashion Industry Charter for Climate Action).

Ces engagements permettront au groupe de s’inscrire dans une trajectoire de réduction de ses émissions directes et indirectes, contribuant ainsi à limiter le réchauffement climatique en deçà des 2°C d’ici 2100.

Par ailleurs, le groupe a engagé une analyse des risques liés aux impacts du changement climatique sur ses opérations et sa chaine de valeur, notamment sur les chaines d’approvisionnement en cuir, soie et cachemire, les matières emblématiques de la Maison, avec une approche par scénarii.

Résultats 2020

Le groupe est doté d’outils permettant d’effectuer à une fréquence annuelle la mise à jour du bilan global des émissions de gaz à effet de serre de ses sites de production et de distribution. Ce travail est réalisé avec l’aide d’un cabinet spécialiste extérieur indépendant selon la méthode Bilan Carbone® et GHG Protocol, et détaillé dans le CDP climat.

Emissions carbone

  • 34,6

    k Teq CO2 sur les scopes 1 et 2 en 2020 (market-based)

  • 486,4

    k Teq CO2 sur le scope 3 en 2020

Réduction de l'empreinte carbone

Objectif -50% en valeur absolue scopes 1 et 2 en 2030

  • -5 %

    sur les scopes 1 et 2 depuis 2018

  • -18 %

    sur le scope 3 depuis 2018

Réduction de l'intensité carbone

Objectif -50 % en valeur relative scope 3 en 2030

 

  • -24 %

    d'intensité sur le scope 3 depuis 2018

Energies renouvelables dans les opérations directes

  • 82 %

    d'électricité verte dans le monde (78 % en 2019)

Compensation carbone

  • 134 %

    de compensation carbone des scopes 1 et 2

  • 46 200

    crédits carbone (vs 43 800 en 2019)

  • 130

    millions d’arbres plantés par le fonds Livelihoods (LFC1)

Des initiatives inspirantes

DJI © Shaah Shahidh

Transport

Le groupe a mis en place des solutions d’amélioration de l’empreinte logistique dans une démarche d’amélioration constante. Une grande partie du chiffre d’affaire étant faite à l’étranger, la logistique est un axe fort d’amélioration. Les principaux chantiers portent sur le transport de proximité, en privilégiant le recours à des modes de transport neutres en émission carbone ; les transports plus lointains, en substituant lorsque cela est possible le maritime ou le ferroviaire à l’aérien ; et l’optimisation des volumes transportés.

Bam & Lorum, BURKINA FASO - ONG Tiipaalga © Stéphane Perrier/ Livelihoods Funds

Livelihoods

Depuis 2012, la maison s’est engagée dans le fonds Livelihoods, une coalition d’entreprises finançant des projets de compensation carbone à haute valeur sociale et environnementale.

Son objectif est de mettre en place des projets à long terme ayant de vrais impacts sur le changement climatique : restauration et préservation d’écosystèmes naturels, soutien à des pratiques agricoles durables pour la restauration des sols et à l’agroforesterie, ou encore des actions de lutte contre la déforestation. Le premier fonds Livelihoods a ainsi contribué à la plantation de plus de 130 millions d’arbres depuis sa création. En 2019, le groupe s’est réengagé pour 20 ans auprès du fonds.

Découvrir le fonds Livelihoods

Pour aller plus loin

Découvrez comment la lutte contre le changement climatique s'intègre aux enjeux de notre stratégie « Tous artisans de notre développement durable ».

Télécharger nos documents :